FANDOM


1391199217-baniereli500px.png

Histoire de la Légion :

As9a.jpg

La Seconde Légion Irlandaise fut d'abord un projet conçu par le Conseil d'Etat Major du Ve Corps. Comme la Première Légion Irlandaise. Le Corps devait être la représentation virtuelle de la Légion Irlandaise, structure militaire du Premier Empire Français crée le 31 Août 1803 à Morlaix (Finistère, France) par l'Empereur Napoléon Ier et rattachée à l'Armée des Côtes de l'Océan. Le projet fut proposé au Xe Corps dirigé par le Maréchal Lubuckill et le Général Matt Lewis qui acceptèrent. Cette union permettait à l'époque la création d'un Corps solide et puissant constitué d'un grand effectif. Elle permettait également de résoudre certains problèmes financiers chez les deux partis.

Le 8 Novembre 2013, ce projet ambitieux voit le jour. L'Etat-Major Supérieur est alors constitué du Général Matt Lewis qui a en charge la Xe Division et qui est secondé par l'Aide de Camp De Caulaincourt et le Général Louis Friant qui quant à lui, à en charge la Ve Division et est secondé par l'Aide de Camp Sharp. Quelques jours plus tard, l'Aide de Camp De Caulaincourt démissionne.

Le 4 Janvier 2014,la Légion Irlandaise et le 8e Régiment de Hussards parviennent à battre un monument de la communauté française : le IVe Corps bien que ce dernier remporta plusieurs revanches.

En Février 2014, suites à des tensions et à l'annonce de la dissolution du 46e Régiment d'Infanterie de Ligne, le Général Friant proclame l'abolition des divisions ce qui permet d'améliorer l'union entre les régiments de la Légion.

Le 30 Mars 2014, le Général Louis Friant démissionne de sa charge et le lendemain est proposé une Constitution rédigée par ses soins. Le 2 Avril 2014, cette Constitution, est approuvée à 82% au suffrage universel. Peu de temps après c'est au tour de l'Adjudant-Commandant et Support Sharp de démissionner.

En réaction aux pertes, le Général Lewis compose un nouvel Etat-Major Supérieur composé de l'Aide de Camp Thragorn et de l'Aide de Camp "Contrôleur-Général" LeBaron. Thragorn sera ensuite remplacé par l'Aide de Camp DarkRevan.

Après avoir déploré la perte du 61e Régiment de Grenadiers de Front en Août 2014, la Légion tente de relever la tête en intégrant deux brefs régiments de ligne, d'abord le Régiment d'Infanterie de Ligne du Munster dirigé par le Lieutenant polonais Okra puis le Régiment de Grenadiers du Leitrim qui tout deux disparurent rapidement.

Ncph.png

Puis, deux autres piliers de la Légion, le Régiment de Cuirassiers et le 7e Régiment de Flanqueurs quittent successivement la Légion en Octobre et en Décembre 2014 pour former ce qui sera le Troisième Ve Corps d'Armée.

Après la perte du Régiment de Cuirassiers du Leinster, l'Etat-Major supérieur décide de démissionner pour reprendre ses fonctions quelques jours plus tard à l'issus de l'anniversaire de la Légion le 11 Novembre 2014.

En Mars 2015, la Légion connaît une crise politique majeure qui débouche sur le nouveau départ, cette fois définitif de l'EM Supérieur ainsi que celui du 10e Régiment de Hussards arrivé deux mois plus tôt et du 2e Régiment d'Artillerie du Walsh. Une nouvelle constitution est votée et par le biais de celle-ci, le grade de Général est suspendu. La Légion est désormais dirigé par le Conseil des Etats-Majors et un maximum de deux Aides de Camp élus pour un mandat de trois mois renouvelable deux fois.

Le 30 Mai 2015, la Légion Irlandaise s'offre une belle victoire sur la Brigade Impériale.

Fonctionnement interne de la Légion :

Le Fonctionnement interne de la Légion Irlandaise repose entièrement sur sa constitution. La troisième et actuelle constitution a été rédigée, comme les précédentes par Louis Friant, ancien Général. Cette troisième constitution "Constitution de l'An II-Bis" est en vigueur depuis le 5 Juillet 2015 et a été approuvé au suffrage universel à 73%.

1435708843-f.jpg

Précédentes constitutions :

_Constitution de la Légion Irlandaise An I

_Constitution de la Légion Irlandaise An II

Constitution de la Légion Irlandaise An II-Bis

Organigramme (à agrandir)

Préambule

Considérant comme vital à la survie et la pérennité de la Légion Irlandaise l’écriture d’un texte fondamental édictant les règles et principes de notre communauté, considérant comme élémentaire un texte énonçant les principaux droits de chaque individu, nous, membres de la Légion Irlandaise, sommes portés volontaire pour aider à la rédaction de cette constitution. Animés par le désir de porter les valeurs de la Légion Irlandaise au sommet de son corpus juridique, nous nous engageons à décrire les fonctionnements politiques et juridiques de notre communauté. Luttant contre l’intolérance et les dangers pouvant menacer notre communauté, nous nous engageons à respecter les articles énoncés à travers ce texte. Réunis autour d’un même texte, nous reconnaissons œuvrer pour le seul et unique bien de la Légion Irlandaise.


Article 1 : La Légion Irlandaise est composé de membres réunis autour de passions communes liées à la période du Premier Empire et aux jeux vidéo. Le siège social de la Légion Irlandaise se situe sur le forum de la Légion. Ses membres se réunissent pour discuter sur le TeamSpeak de la communauté, tandis qu’ils acceptent de jouer ensemble sur les serveurs d’entraînements Napoléonic-Wars. La durée de la communauté est illimitée à travers le temps. Pour être dissoute, la Légion doit faire l’objet d’un vote d’une Assemblée Générale réunissant l’ensemble de ses membres.

Article 2 : Tout futur membre de la Légion Irlandaise doit poster sa candidature sur le forum de la Légion Irlandaise pour être accepté au sein de la communauté. Cette candidature doit comporter la charte du Corps. Cette candidature est ensuite validée ou non, par un officier ou un sous-officier du régiment concerné.

Article 3 : Tout membre de la Légion Irlandaise a le droit de se rendre où il désire, à exprimer dans un langage correct ce qu’il désire, ainsi qu’à discuter avec ceux qu’il désire. Tout membre a le droit à une défense, nominale ou pas, lors de procès ou face à des accusations lancées. Tout membre a le droit de faire appel auprès du Conseil des États-Majors. Aucun membre ne peut être censuré sur le forum si ses paroles n’entrent pas en conflit avec les lois du corpus législatif de la Légion Irlandaise. Tout individu non membre de la Légion Irlandaise a le droit de profiter du TeamSpeak tant que leur présence ne rentre pas en conflit avec les lois du corpus législatif de la Légion Irlandaise.

Article 4 : Le Corpus Législatif de la Légion Irlandaise est composée de deux échelons. La Légion Irlandaise garantit le principe de séparation des pouvoirs.

Alinéa 4.1 : La Constitution, ou bloc constitutionnel, constitue la source suprême du droit de la Légion ; aucune loi ou décision ne peut se faire en contradiction de cette constitution. C’est elle qui édicte le fonctionnement politique, social et judiciaire de la Légion Irlandaise. Pour être réformée, suite à une proposition venant soit du Contrôleur-Général ou du Conseil des États-Majors, la modification doit être approuvée par référendum par la Légion Irlandaise.

Alinéa 4.2 : Le second bloc législatif est composé de deux règlements ; un premier règlement relatif aux devoirs des officiers et un second relatif aux sous-officiers et soldats de rang. Toute infraction à ces règlements sera sanctionnée à la hauteur des faits commis. Les officiers sont jugés par le C.E.M. Les soldats de rangs et sous-officiers par l’État-Major du Régiment.

Alinéa 4.3 : Le crime de haute-trahison est définit comme une action visant à déstabiliser la Légion Irlandaise dans ses principes fondateurs ou à menacer son intégrité physique par divers procédés, comme la défection d’un ou plusieurs régiments, ou toute tentative de coup d’état et d’instauration d’un régime autoritaire. C’est le C.E.M qui décide d’inculper un individu du crime de haute-trahison ou le Contrôleur-Général. L’affaire est ensuite gérée par le Conseil des Neuf.

Article 5 : La Légion Irlandaise est régie par des principes militaires. En modèle de l’Empire Napoléonien, elle assemble autorité hiérarchique et légitimité populaire.

Alinéa 5.1 : Les différents Régiments de la Légion sont dirigés par les Chefs de Régiments. Si un Chef de Régiment démissionne, c’est son second qui prend sa place. Si le second ne souhaite pas se désigner, un vote est organisé au sein du régiment pour désigner le futur Chef de Régiment. Le grade du chef de régiment est déterminé par l’État-Major régimentaire.

Alinéa 5.2 : Le grade des officiers ou chefs de régiments sont gérés par l’État-Major régimentaire du ou des concernés. Le Commandement-Général peut formuler diverses propositions de promotions.

Alinéa 5.3 : Les rétrogradations des chefs de régiment ou officiers sont décidées par le C.E.M après consultation de l’État-Major du Régiment ou par le Conseil des Neuf lors du cas de haute-trahison.

Alinéa 5.4 : Le grade de Maréchal, de Général de Corps d’Armée ou de Division sont considérés comme illégaux.  Article 6 : La Légion Irlandaise est composé de différentes institutions qui permettent son équilibre exécutif, judiciaire et politique. Elle garantit une séparation souple des pouvoirs.

Alinéa 6.1 : Le Commandement-Général de la Légion est composé des aides de camp. Il représente le pouvoir exécutif de la Légion Irlandaise. Ils ne peuvent pas être plus de deux. Les aides de camp sont chargés de veiller au bien-être physique et moral de la Légion Irlandaise, de veiller à son renforcement et à commander lorsqu’ils le souhaitent le Corps sur le champ de bataille. Les aides de camp sont élus par le Conseil des Neuf pour un mandat de quatre mois. Le mandat n’est renouvelable que deux fois. Les aides de camp ne peuvent être démis de leurs fonctions que par le Conseil des Neuf, seul juge à habiliter les cas de haute-trahison. La saisine ne peut être effectuée que par le Conseil des États-Majors. Les aides de camp sont ainsi responsables devant le Conseil des États-Majors et toute décision doit être votée par celui-ci. Les aides de camp s’occupent de la diplomatie extérieure, de l’administration intérieure, de la gestion des différents serveurs du commandement de Corps et président les séances du Conseil des États-Majors.


Alinéa 6.2 : Le Conseil des États-Majors constitue la plus puissante institution de la Légion. Il représente le pouvoir législatif. C’est lui qui prend les grandes décisions, aidé par le Commandement-Général. Il peut demander au Conseil des Neuf d’examiner une éventuelle destitution des aides de camp. Le Conseil des États-Majors compte en son sein l’ensemble des Chefs de Régiments de la Légion Irlandaise, aides de camp compris, ainsi que des délégués élus au scrutin uninominal à deux tours tous les 4 mois dans chaque régiment. Le mandat des délégués n’est renouvelable que deux fois, de manière successive. Chaque membre possède une voix. Le Conseil des États-Majors peut modifier le bloc législatif et proposer une modification de la Constitution qui doit ensuite être soumise à référendum. Le Conseil des États-Majors élit le Contrôleur-Général. Le Conseil des États-Majors constitue la cour d’appel de la Légion. Le Conseil des États-Majors peut, lors d’une crise grave, après consultation du Contrôleur-Général, voter les pleins-pouvoirs à un membre de la Légion Irlandaise.  Ces pleins-pouvoirs sont accordés durant un délai de deux semaines non renouvelables. Le Conseil des États-Majors prend ses décisions par un vote qui doit emporter la majorité relative pour être adopté. Un président de séance est désigné au début de chaque conseil. Un compte-rendu doit alors être rédigé sur le forum par ce même président de séance. Le détail des votes doit être promulgué, mais d’une manière non-nominative. Le Conseil des États-Majors se réunit tous les dimanches à 16h précises. Le Contrôleur-Général peut convoquer un C.E.M extraordinaire, comme tout autre officier.

Alinéa 6.3 : Le Conseil des Neuf constitue une Assemblée tirée au sort parmi les volontaires de la Légion, qui doivent avoir au moins trois mois d’ancienneté. Le Conseil des Neuf est chargé de désigner les aides de camp du Commandement-Général, ainsi que de juger les cas de haute-trahison. Il établit son choix parmi les candidatures vérifiées par le Contrôleur-Général qui se charge de superviser la présidence de séance. Les membres du Conseil des Neuf sont tirés au sort par le Contrôleur-Général qui doit filmer le tirage au sort. L’ensemble des membres de la Légion peuvent se porter candidats. Le Conseil des Neuf est convoqué dans un délai inférieur à 12h du tirage au sort par le Contrôleur-Général. Le choix des deux aides de camp s’établit par un scrutin à deux tours. Chaque membre doit voter pour un individu par bulletin secret adressé au Contrôleur-Général présent. La décision du Conseil des Neuf vis-à-vis de la haute trahison n’est révocable que par ce même Conseil. Durant la séance, l’accusé a le droit de s’exprimer. Le Conseil des Neuf est renouvelé tous les quatre mois, pour les élections.

Alinéa 6.4 : Le Contrôleur-Général de la Légion organise les élections, les tirages au sort et présidence les procès de haute-trahison au Conseil des Neuf. Le Contrôleur-Général est nommé pour un mandat de huit mois, non renouvelable. Il peut être destitué au bout du quatrième mois par le Conseil des États-Majors comme bon lui semble. Le Contrôleur-Général n’a aucun pouvoir exécutif ou législatif. Son rôle est seulement de veiller au bon suivi de la Constitution, à l’organisation optimale des élections et à présider les séances de haute-trahison. En cas d’entorse à la Constitution d’un officier, le Contrôleur-Général est néanmoins habilité à saisir le Conseil des Neuf pour haute-trahison après en avoir cependant informé le Conseil des États-Majors.

Article 7 : L’Assemblée Générale de la Légion peut être convoquée par le Conseil des États-Majors. Elle ne possède aucun pouvoir particulier, mais est convoquée afin de pouvoir rassembler les membres de la Légion sous une discussion commune. Des votes consultatifs peuvent être exprimés.

Article 8 : La dissolution d’un Régiment ne peut être prononcée que par le Conseil des États-Majors. L’acte de dissolution est ensuite annoncé par le Commandement-Général sur le forum. L'entrée d'un Régiment au sein du Corps suit la même procédure que pour la dissolution.

Article 9 : Le respect de cette Constitution est confié à l’ensemble des membres de la Légion Irlandaise. S’appuyant sur la source du droit écrit, la Légion Irlandaise s’engage à obtenir un mandat d’existence d’une durée illimitée si, et seulement si, l’ensemble de ses membres, qu’ils soient officiers, sous-officiers ou soldats de rangs acceptent de se conformer à cette constitution en cas de crise majeure mais aussi en inscrivant ses valeurs dans le quotidien de la communauté objet de ce texte.

Informations supplémentaires :

La Légion est composée de trois régiments, le Régiment d'Infanterie de Ligne du Ulster, le 4e Régiment de Voltigeurs du Connacht, le Régiment de Cuirassiers du Leinster et d'une compagnie la Compagnie d'Artillerie de Dublin.

Elle possède un serveur TeamSpeak3 : 91.121.26.112:9984 ainsi qu'un forum francophone : http://legionirlandaise.forum-canada.net/

Elle possède également une chaîne youtube où il est possible de partager avec ses membres les derniers événements en jeu

1430522297-flag-ireland-grunge-ireland-legend-the-elder-edda-the-basis-of-norse-mythology-flag-green2.png

Personnalités emblématiques de la Légion :

Général de Corps d'Armée Louis Friant

Général de Corps d'Armée Matt Lewis

Adjudant-Commandant Sharp

Aide de Camp DarkRevan

Aide de Camp Draeker

Aide de Camp LeBaron

Aide de Camp Thragorn

Colonel BigRedOne

Colonel Callahan

Colonel Destrass

Colonel John Fitzgerald Kennedy

Colonel Godieu

Colonel Lepic

Lieutenant-Colonel James Blackwell

Capitaine Lecourbe

Capitaine Romgar

Lieutenant PapySheyn

Nzb1.png

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard